Zagreb

Lundi 6 août : arrivée à Zagreb

Trois heures d’avion suffisent pour relier Paris à Zagreb, la capitale croate depuis l’indépendance du pays en 1991. L’arrivée à Zagreb se fait sans encombre à 18h, après un trajet de 5h incluant une escale de 2 heures dans le très bel aéroport de Vienne.

Le Palace Hôtel est à 15 minutes de marche de la gare, ce qui nous laisse le temps de remonter le temps « à l’envers » sur notre trajet. En effet, nous traversons tous d’abord des blocs d’immeubles gris dans des rues tracées au cordeau lors des plans quinquennaux de l’époque socialiste du camarade yougoslave Tito. Nous passons devant la Gare, étape du mythique Orient-Express. Face à la gare, la statue équestre du roi Tomislav et, plus loin, le Pavillon des Arts fin XIXème. Puis on aborde le quartier de Gorni Grad à l’architecture austro-hongroise et aux larges avenues bordées d’édifices du 18ème siècle et arborées en leur milieu de promenades plantées.

 

 

 

Mardi 7 août : visite de Zagreb

Nous sortons du Palace Hôtel après une nuit réparatrice et un petit déjeuner roboratif. Il fait un temps magnifique lorsque nous remontons Trg Strossmayerov jusqu’à Kaptol. Cette large avenue arborée fleure bon le parfum des impératrices hongroises. Sur la place Nikole Subica, un arc de cercle de bustes d’illustres personnages de la culture croate se dresse au milieu d’un délicieux jardin anglais arrosé de fontaines. On imagine bien les vieux messieurs à haut de forme et les dames portant ombrelles et dentelles vibrer au sons des valses données dans le kiosque à musique. Plus surprenante, à l’extrémité Nord de la place, une colonne météorologique donne les conditions climatiques aux zagrebois depuis le début du XXème siècle.

 

 

La place Trg Josipa Jelacica est LA place principale de Zagreb. En son centre trône fièrement la statue équestre de ban Jelacica, le gouverneur des années 1850, héros du nationalisme croate. La place, bordée de cafés à la mode de Vienne, est traversée par plusieurs lignes de tramways bleus.

De là, on gagne le quartier de Kaptol. On visite tout d’abord la cathédrale, reconstruite au XIXème siècle après avoir été détruite par un tremblement de terre. Elle abrite l’impressionnant tombeau de l’évêque Stepinac, archevêque de Zagreb de 1937 à 1960 et cardinal à partir de 1952.En 1946, au terme d’un procès qui fut très discuté, il fut condamné par les autorités yougoslaves communistes pour collaboration avec les Oustachis et complicité dans la conversion forcée de Serbes orthodoxes au catholicisme. Il fut déclaré martyr et béatifié par le pape Jean-Paul II en 1998, ce qui provoqua de nouveaux débats dans l’opinion publique. Sur certains murs, on peut voir une écriture Bien étrange : il s’agit de glagolitique (du slavon « glagol » signifiant « parole »). Les Croates ont en effet inventé leur propre écriture au neuvième siècle et elle a été d’usage courant jusqu’au début du 18e siècle. Depuis le 18e siècle, les Croates utilisent les caractères latins.

Derrière la cathédrale, le marché Dolac, très coloré avec une forêt de parasols rouge, est animé par les paysans des alentours venus vendre leur produits aux citadins. Plus loin, les rues piétonnes Opatovina et Tkalciceva, très animées avec ses nombreuses terrasses de cafés qui ne désemplissent pas.

 

On arrive assez vite dans le quartier de Gorni Grad. On franchit une porte en pierre assez impressionnante, Kamenita Vara, avec des dizaines d’ex-voto sur les murs, une petite chapelle et lieu de recueillement devant des bougies dont les flammes dansent au gré du petit courant d’air qui circule en ce lieu de prière.   L’église de Svetog Marka (Saint Marc) avec sa toiture vernie représentant les blasons de la Croatie et celui de la ville de Zagreb est le monument le plus emblématique de la ville. Nous avons la chance d’être accompagné dans l’église par un organiste qui s’exerce sur de jolis morceaux contemporains. L’église est bordée d’un côté par le Parlement et de l’autre par le Palais présidentiel.

 

 

Un peu plus loin, nous gravissons les marches de la tour Lotrscak et profitons du panorama sur la ville. En redescendant, nous trouvons le vénérable funiculaire (1888) en panne : c’est donc à pied que nous rejoignons Illica, l’artère commerçante de Zagreb où toutes les marques de fringues semblent être représentées. On ne résiste pas à l’envie de déguster les excellentes glaces de Vincek, les meilleures de toute la ville !

L’après-midi, nous prenons un bus urbain depuis la gare ferroviaire (Glavni Kolodvor) et allons passer l’après-midi dans le Parc Bundek, au sud de la ville, où d’excellente structures permettent à nos deux enfants de s’amuser un max !

 

Galerie Photos Etape suivante