Sur l’île de Lombok

Après une heure de vol depuis l’aéroport de Denpasar, nous arrivons à Lombok à 16h30. Premier contact avec Li, notre chaufeur à Lombok : il a l’air très sympa et prêt à se mettre en quatre pour nous faire découvrir son île, qui patit un peu de l’engouement de sa « grande soeur » Bali. Arrivée à notre hotel, Alang-Alang à Mangsit.

Le lendemain, nous profitons encore un peu ce matin de notre hotel (original jaccuzzi que l’on découvre dans une grotte) puis nous parcourons la route de corniche entre Mangsit et Pemenang qui découvre de superbes échapées vers de petites criques romantiques. Au loin, on distingue déjà les silhouettes des îles Gili ou nous jouerons les Robinsons dans 3 jours.

L’eau transparante permet d’appercevoir les fonds où se cachent des poissons multicolores. Partout, de petits villages de pêcheurs éparts où les habitants vivent de la cultures des perles. Nous croisons quelques calèches près du port de Bangsal ainsi que des singes dans la montagne autour du col de Pusuk.

 

 

 

 

Un arrêt dans le village de Bannyumulek permet aux enfants de s’initier à la poterie (ils ont fait 2 belles tortues). Le village possède aussi des greniers à blé traditionnels (lumbung) au toit en forme de fer à cheval. Puis nous arrivons en début d’après-midi au Novotel de Kuta.

 

Le troisième jour, après un déjeuner pantagruélique, nous partons explorer les plages du Sud. Tout d’abord Tanjung Aan
puis une petite colline nous offre une vue panoramique sur toute la péninsule de Kuta. On découvre également notre hotel, vu d’en haut, dans une anse de l’Océan Indien.

Les vagues aux rouleaux impressionnants nous rappellent que cette région est un paradis pour les surfeurs. Non loin de là, un « tube » de 300m de long a été élu meilleure vague de l’année par un magazine australien de surf.

Puis le bijou de plage de Mawun, superbe crique ourlée de sable blanc. Le contact est tellement facile avec les indonésiens que nos enfants partagent avec plaisir leurs jeux avec les enfants des pêcheurs. Un dernier coucher de soleil sur la page de Mawi et puis tous au lit.

Pour cette quatrième journée sur Lombok, notre chauffeur va nous emmener hors des sentiers battus du sud de l’île, qui ne se donne difficilement. C’est sur des pistes défoncées que notre chauffeur décide de nous le faire découvrir. Une courte pause dans le bout du monde qu’est le village de Awang nous permet d’observer la vie quotidienne des pêcheurs dans une des régions les plus pauvres de l’île.

Petite frayeur au passage d’un pont brinqueballant en remontant vers Mujur. Ecoliers sur le bord de la route dans leur uniforme reglementaire : rose pour les petites sections de maternelles, rouge pour les plus grandes, bleu marine pour les classes primaires et marron pour le collège.

Au contraire de Bali majoritairement hindouiste, Lombok est de tradition musulmanne, aussi les femmes portent-elles le plus souvent un foulard sur la tête et les mosquées ont-elles remplacées les temples. Les mosquées se construisent ici par morceau, au fil des donations de la communauté.

Nous rencontrons tous type de transport sur ces routes, toutefois moins encombrées qu’à Bali. Camions remplis jusqu’au-delà du raisonnable de feuilles de tabac séchées (les cultures de riz sont moins présentes que sur Bali), familles entières sur les scooters (on a compté jusqu’à 4 personnes dessus, dont un enfant et un bébé endormi), charettes (cidomo) dans les petits villages et minibus (bemo) pour les transports publics entre les villages.

Après un arrêt rafraichissant près d’un beau jardin près de Sapit (les échaffaudages pour la construction de sa mosquée ressemblent à un jeu de mikado), nous emprutons une route de montagne, à travers la forêt pluvieuse, de Labuhanlombok à Senaru, via Sembalunbumbung. L’exploitation du tabac, y compris le séchage des feuilles, semble être l’industrie la plus présente dans cette partie de l’île. Des échappées vers les sommets environnants, tous à plus de 2.000m, sont impressionnantes.

Puis nous arrivons à l’hôtel Horizon, à Senaru, d’où l’on a une vue époustouflante sur les rizières. Il faudra décidemment revenir et passer une semaine dans cette région aux multiples possibilités de randonnées, dont 4 jours sur le mont Rinjani à 3.726 m, qui constitue l’une des plusbelle randonnée de l’Asie du Sud-Est.

Dernière journée à Lombok.

Le soleil se lève sur les rizières de Senaru et sur le mont Rinjani dégagé de brume. Nous reprenons la route vers le port de Bengsal où nous embaquerons pour l’île de Gili Meno. En route, notre chauffeur nous arrête dans un village traditionnel, loin des circuits touristiques, où l’on ne parle pas l’anglais. L’habitat de bambou et de feuille de palmiers tressés est tel qu’il y était il y a 2 siecles. Les enfants du village se rapprochent spontanément des nôtres. Les poules sont dans de jolies panières de vannerie, tandis que les vaches et les chêvres se reposent à l’ombre. Une vieille femme tamise son riz.

Sur la route, c’est jour de marché dans plusieurs villages, encombrés de scooters. Comme à Bali, nous trouvons d’innombrables petites échopes qui vendent de l’essence sur le bord de la route dans des bouteilles, le plus souvent de récupération, comme les bouteilles de vodka !

Arrivés à Bengsal, nous prenons congé de Li, notre chauffeur, qui a su nous faire apprécier son île. On reviendra, c’est sûr.

 

Etape précédente | Galerie Photos | Etape suivante