Sur l’île de Nusa Lembongan

Depuis Gili Meno, nous embarquons sur le bateau de 9h pour aller sur l’île de Gili Trawangan où nous prendrons un speed boat pour relier un autre île, Nusa Lembongan, proche de Bali. Gili Trawangan est radicalement différente de Gili Meno : l’agitation touristique de la première (la côte Est n’est qu’une succession de bars et de restaurants) s’oppose au calme et au romantisme de la seconde. Une nurserie de tortues rappelle que l’espèce est ici menacée.

Nous embarquons vers 15h à bord du bateau de Blue Water Express qui, avec ses trois moteurs de 250 chevauxchacun, nous amène en 1h30 à Nusa Lembongan, avec forces remous. Mushroom Bay, où nous séjounerons deux jours, est tout simplement idyllique. Petite crique aux eaux turquoises ourlées de sable blanc. Du haut du restaurant panoramique, la vue porte jusqu’au mont Agung, cette fois-ci dégagé.

Après une matinée de snorkelling au large de la plage de Jungutbatu (superbes poissons coraliens), petit massage balinais avec vue sur la mer de Bali. Je ne sais si c’est le bruit des vagues, la chaleur de ce début d’après-midi, ou les mains expertes de ma masseuse, mais je m’endors avant la fin. Nadine, quant à elle a opté pour une manucure-pédicure, tout aussi agréable.

Je decide de partir explorer l’île, tandis que Nadine se repose avec les enfants au bord de la piscine. Il n’y a plus de scooter à louer, c’est donc à pied que je commencerai ma promenade. Je retrouve avec plaisir les temples balinais qui ornent chaque maison, richement décorés. Une swastika orne certains d’entre eux, représentation hindouiste du soleil, et bien sûr sans aucun rapport avec la « croix gammée » de sinistre mémoire.

La plage de Dreambeach est un paradis pour surfeurs, alors que les rochers battus par les flots de Devil’s Tear sont couverts d’algues vertes.

 

Plus loin, à la sortie du village de Lembongan avec son énorme banian et ses multiples temples, je découvre un paysage fascinant : celui de la culture des algues vertes et rouges, spécialité de la région, dont la destination finale est l’industrie alimentaire et cosmétique. Les algues sont cultivées sur des fils. Une fois ramassées, elles sont séchées sur le sol dans les cours des maisons de pêcheurs.

 

Une fois arrivé au pont suspendu qui relie Nusa Lembongan à la petite île de Nusa Ceningan, je m’apperçois que je n’aurais pas le temps de rentrer avant le coucher du soleil (notre guide papier indiquait un tour de l’île en 2h : il faut en fait le double …). C’est alors que le destin mit sur ma route une jeune balinaise avec son petit bout de chou qui me propose de me transporter en scooter jusqu’à mon hotel. Super ! Nous parcourons donc ensemble les routes paisibles de l’île, à travers la forêt et le hasard nous fait rencontrer … un combat de coq ! De tel spectacles font partie de la culture ancestrale de l’île, comme la corrida en Espagne. Chaque duel s’arrête au premier sang de l’un des combattants.

Nous rentrons alors que le soir est déjà tombé sur la plage de Jungutbatu.

__

Le lendemain, pour le retour vers Bali, nous gagnons le port de Jungutbatu pour embarquer vers Bali. Le petit cimetière qui jouxte le port est une nouvelle occasion de se confronter aux coutumes des balinais. En effet, le coût des crémations étant élevé, la famille de chaque défunt doit se grouper avec d’autres familles pour organiser une crémation commune (une dizaine voire plus de corps en même temps). En attendant cet évènement, les défunts sont enterrés. Mais comme les balinais craignent les divinités de la terre, et pour éviter que l’âme du défunt ne se laisse entrainer dans le sol, la famille place des tubes en bambou pour que l’âme puisse respirer. Elle pose également sur la tombe certains objets familiers du défunt pour lui signifier que l’on pense toujours à lui. La famille viendra également fréquemment rendre visite au défunt pour « s’assurer » qu’il n’a pas été entrainé vers le sol.

Nous embarquons donc vers 15h. Les surfeurs s’éclatent sur les rouleaux de la baie de Jungutbatu. La traversée, sur le même speed boat qu’il y a deux jours, est plaisante. L’arrivée à Sanur est saluée par de superbes gréements.

 

 

Etape précédente | Galerie Photos |