Kuala Lumpur

 

LAéroport International de Kuala Lumpure voyageur qui arrive dans l’ultramoderne et très design aéroport de Kuala Lumpur est saisi par l‘extrême propreté, la luminosité et la sensation d’espace qui règne dans cet endroit spacieux, aux couleurs chatoyantes et au très beau mobilier. C’est tellement immense qu’il faut prendre un train pour aller récupérer nos bagages …

Pour se rendre au centre-ville, un monorail express dessert la gare centrale en 28 minutes chrono. De là, un taxi nous amène à notre hôtel, le Pacific Regency où une belle suite nous attend. Le bar de l’hôtel, La Luna, est situé sur le toit-terrasse où les tables cosy entourent une superbe piscine. De là, on domine la ville. La vue est simplement superbe, notamment sur les Tours Pétronas.

Une fois installés, nous sortons déjeuner au Betty’s Café qui nous sert un excellent Nasi Lemak, plat à base de riz cuit dans du lait de coco et agrémenté d’épices tels que le gingembre, l’anis étoilé et la cannelle. Il est servi avec des oeufs pochés et une sauce de sambal épicée, de fraîches tranches de concombres et des cacahuettes croustillantes.

Une heure de piscine plus tard, nous partons à la découverte de la ville, en testant tout d’abord le métro. Six lignes déservent la ville, de façon très hétérogène selon les quartiers (pas de station proche des nombreux lieux touristiques). De plus, les connexions entre les lignes sont plutôt rares et, les lignes étant gérées par des compagnies indépendantes, il n’existe pas de pass de transport unique. Bref, même si le coût est modeste (1 Rm par trajet), nous préfèrerons le taxi pour le reste de notre séjour (le coût de la course entre notre hôtel et les différents endroits que nous visiterons ne dépassera pas 10 Rm soit environ 2,5 €).

Promenade dans Little India

Nous commençons notre exploration par Little India, quartier coloré et très animé de Kuala Lumpur. Ruelles bondées, bâtiments d’avant-guerre aux volets colorés, guirlandes de fleurs, senteurs d’épices, échoppes à la musique hindi tonitruente, stands de nourriture dans plusieurs rues autour de Masjid Jamek : c’est pour nous un coup de coeur. En plus, tous les samedi soir a lieu un marché de rue nocturne (pasar malam). C’est donc l’effervescence dans les rues comme Lebuh Ampang et Jalan Masjid India. Partout, ce ne sont que des échoppes de saris, de bijoux en or, de marchands de DVD faisant jouer à plein volume les bandes originales de film de Bollywood, de vendeurs de colifechets et de colliers de fleurs.

Chaque rue est bordée de shophouses, ces magasins aux façades colorées et étroites. Nous avons appris que leur architecture date de l’immigration massive des Chinois au XIXème siècle. L’étroitesse de leur devanture, ne dépassant guère 5m, est dûe au mode d’imposition britannique de l’époque, qui taxait les propriétaire sur le nombre de fenêtres. En revanche, la boutique s’étend parfois jusqu’à 60m de profondeur ! La partie frontale constitue la boutique elle-même, à l’étage se trouve les appartements, tandis que cuisine et salle de bain sont situées à l’arrière de la shophouse.

Le marché de rue de Little India sert d’excellentes spécialités indiennes, mais aussi malaises et chinoises. Nous avons notamment acheté trois petits ketupat, sorte de paniers tressés en feuilles de bananiers et dans lequel a été cuit du riz gluant. Une fois le panier ouvert, on extrait le gateau de riz que l’on tamponne dans le creux de sa main avec du poisson séché : un délice … Nous achetons également de succulents fruits juteux comme les ramboutans et les longanes, fruits à la chair blanche que nous avons connus en Indonésie, ou encore les mangues. Nous finissons par entrer dans un des restaurants de Jalan Masjid India, le Saravanaa Bhavan (si çà c’est pas un nom indien …) où l’on se régale de plats typiquement indiens comme le Paneer Tikka, le Poori Masala ou encore le Rava Masala Dosa.

Chinatown et Lake Gardens

Après une bonne nuit réparatrice, nous partons à la découverte du deuxième quaritier emblématique de KL : Chinatown. Au nord, la belle mosquée de Masjid Jamek au milieu des buildings puis, un peu plus loin, la place de l’Indépendance (au centre, le drapeau de la Malaisie flotte fièrement sur un mât de 100m, apparamment le plus haut du monde) et, sur le côté de la place, l’extravagant Sultan Abdul Samad Building et ses coupoles recouvertes de cuivre, habritant le Ministère de la Culture. En remontant Pasar Besah, on débouche sur Medan Pasar, avec de belles et colorées shophouses.

Un peu plus loin, au détour d’une rue, on tombe presque par hasard, sur le temple, Sze Ya, apparamment le plus vieil édifice taoïste de la ville. Comme dans tous les temples construits par les Chinois, la couleur dominante est le rouge, symbole de l’élément feu et synonyme de bonheur et de prospérité dans la culture chinoise. D’autres couleurs interviennent, chacune en rapport avec un élément fondammental : jaune pour la terre, blanc pour le métal, vert pour le bois et noir pour l’eau. La structure du temple est ouverte pour permettre à l’air et aux esprits de circuler dans ce sanctuaire, empli de fumée d’encens. Comme ces semblables, ce temple est construit selon les règles traditionnelles du feng shui, de sorte que sa construction et son orientation les protègent des influences maléfiques.

C’est ainsi que, de part et d’autre de l’entrée sont disposés deux lions, supposés repousser les esprits malins. De même, pour pénétrer dans le temple, il faudra enjamber le cadre sur-élevé de l’entrée, sur lequel trébucheront les démons. Dans le temple, les fidèles entrent et sortent. Ils s’inclinent devant les différents autels, une poignée de batons d’encens à la main qu’ils piqueront, une fois leurs prières terminées, dans les bacs en face de la statue de chaque dieu.

A deux rues d’ici se trouve Central Market, un des lieux de KL où l’on peut acheter de l’artisanat, des fruits et des boissons hautes en couleurs … Un peu plus loin sur Jalan Tun HS Lee se trouve le temple Guandi, rouge vif et rempli de volutes d’encens. A l’intérieur, le hall de prières comprend un ensemble de statues dont la plus imposante, centrale, est celle de Guandi, le dieu de la guerre dans le taoïsme.

Toujours sur Jalan Tun HS Lee, on est frappé par la porte monumentale, haute de 22m, du temple hindou Sri Mahamariamman. A l’intérieur, trois temples portent les statues de Ganesh, Shiva et Visnu. Sur les murs, des bas-reliefs colorés illustrent plusieurs divinités hindoues.

Tant de spiritualités nous font naître une petite faim et c’est tout naturellement que nous poussons les portes battantes du restaurant Old China, authentique shophouse des années 1930, où nous goutons la spécialité du lieu, le laksa, nouilles servies dans une soupe épicée de lait de coco.

Nous terminons notre la balade dans le Parc des Papillons de Lake Gardens : tous simplement magnifique !

En fin d’après-midi, nous profitons de la piscine de notre hotel avant d’aller dîner à l’authentique marché de nuit de Bangsar Baru : fruits, légumes et poissons sont au menu des étals. Nous mangeons chez un hawker stall (marchant ambulant) une sorte de fondue chinoise, en choisissant les mets que nous souhaitons manger et en les trempant une minute dans de l’eau bouillante. Authentique.

Le samedi soir, il ne faut rater sous aucun pretexte le marché de Chinatown dans Petaling Street. On trouve là tout ce que l’Asie produit en vêtements, montres, chaussures, maroquinerie, CD … Il y a aussi, bien sûr, les petits restaurants de rue et les marchands ambulants qui font tout le charme de ce genre de lieu.

Sur le chemin du retour, nous passons par la Place de l’Indépendance où les jeux de lumière sur Sultan Abdul Samad Building lui donne un aspect « Disneyland » très réussi …

 

KLCC, Aquaria et spectacle de danses 

Ce matin, après un petit déjeuner au Starbucks Coffee à côté de notre hotel, nous partons découvrir le KLCC (Kuala Lumpur City Center), centre d’affaires aux allures de La Défense, dominé par les Tours Pétronas, construites en 1998 et qui, avec leurs 452m, ont été, quelques années durant, les plus hautes tours du monde, avant de céder leur place, en 2004, à la Tour 101 de Taipeh (Taiwan). On est ici au pied du monument de l’empire pétrolier de Malaisie. Il faut savoir que la plus importante source de revenus du pays, bien avant les secteurs forestiers et agricoles, est le secteur énergétique, en particulier les hydrocarbures : le tiers des revenus de l’état malaisien provient de la manne pétrolière.

 

Dans le centre commercial Suria KLCC (équivalent des Quatre-Temps à La Défense) qui jouxte les tours se trouve le vaste Aquaria KLCC qui réunit plus de 5000 espèces de poissons tropicaux. Là encore, ce fut pour nous un émerveillement, encore plus impressionnant selon moi que le musée océanographique de Monaco. Il y a là notamment un tunnel de verre de 50m qui permet de se sentir réellement au milieu des poissons.

 

C’est ainsi la première fois que nous voyons un requin au-dessus de nous, avec vue sur ses redoutables machoires.

 

Une autre attraction très à la mode à KL, dispensée dans cet aquarium, est le spa à poissons : on plonge ses pieds dans un bassin rempli de « fish-doctors » et on se laisse gentimment grignoter les peaux mortes. Passés les chatouillis du début, on ressort très détendu des 30min de ces massages plantaires un peu particuliers.

Ensuite, après un pique-nique sur les bords du lac Symphonie, dans KLCC, on va se reposer à l’hôtel avec un combiné sieste-piscine dont nous avons le secret.

 

On poursuit notre quête mercantile par le marché artisanat (Kompleks Budaya) où l’on trouve la plupart des produits fabriqués en Malaisie (en prime, on peut voir certains artisants travailler) et enfin, dans un des temples du dieu Commerce comme les adorent les malaisiens, le Berjaya Times Square. C’est gigantesque, plus grand que le Pintemps et les Galeries réunies, plus grand aussi que le Forum des Halles. Sur dix étages et trois ailes, c’est le paradis des vêtements et des chaussures (les boutiques Versace, Vuitton, Gucci cotoient les échoppes de tongs à 10 Rm) mais aussi des jouets et de l’informatique. Et s’il vous reste encore de l’énergie, le Berjaya possède aussi un parc d’attraction gigantesque : un grand huit délirant et plein d’autres attractions …

 

Pour terminer cette riche journée, nous partons à un dîner-spectacle au restaurant Seri Melayu : buffet gargantuesque et spectacle de danses de grande qualité, où se mèlent les différentes influences qui font la richesse de la culture malaise. Et -je vous le donne en mille- notre Yaellou est (une fois de plus) monté sur scene pour nous exécuter, sous les applaudissements des touristes singapourais ébahis et aux flash crépitants, quelques jolis pas de danse avec une charmante demoiselle de la troupe qui était venue elle-même nous l’emprunter à notre table !!! Il est ressorti de là en nous disant « je voudrai bien être amoureux avec elle » … il commence fort le p’tit bonhomme.

 

Un autre endroit de rêve pour séjourner à KL est sans contest le Trader’s Hotel : c’est THE place to be à Kuala Lumpur. Nous avions réservé une Executive Suite Room dans ce hôtel de luxe, et nous avons été comblés. Superbe chambre avec une vue époustouflante sur les Tours Pétronas ! Inoubliable.

 

La piscine (un peu fraiche) et le jacuzzi sont pas mal non plus, merci. Outre la vue, un autre point fort de cet hôtel est son petit déjeuner extraordinaire. L’opulence de plats est impressionnante : c’est en fait un énorme brunch avec, outre les traditionnelles oeufs (de dix façons différentes), le bacon, les saucisses, les beans, des viennoiseries maison, on trouve de la soupe, des plats de riz, des suchis, des verrines, des dizaines de fruits, d’excellents gateaux … Bref, on ressort de là rassasié et heureux.

 

Ensuite, on parcourt la ville pour dépenser nos derniers riggits (et les calories du petit dej’).

 

Le soir, on vous conseille un petit tour au SkyBar de l’hôtel où la fête bat son plein (pas mal d’expats) sous la baguette d’une excellente DJette (décidément, çà doit être une mode à KL). Avant de s’endormir dans ce décor de rêve, petit tour dans le parc du KLCC en bas de l’hôtel pour les quelques photos de nuit.

 

Etape suivante